Le pont de Bercy

Le pont de Bercy

       A l’endroit où a été construit le pont de Bercy actuel, il y eut tout d’abord un bac, dont le passeur, un nommé François Borel, fut l’objet en 1793, de la part de la Commune de Paris, d’une récompense honorifique, parfaitement Justifiée du reste.

        Ce passeur avait sauvé six personnes et, à l’occasion de ses actes de courage, il reçut de la Commune de Paris un sabre d’honneur qui figure dans la magnifique collection des objets révolutionnaires du musée Carnavalet.

          Sur la fiche qui est suspendue à cette arme, on lit l’inscription suivante:

«Sabre d’honneur offert par la Commune de Paris à François Borel, passeur du bac de Bercy, qui a sauvé six personnes et qui est parti comme volontaire (1793), donné par F. Borel, son petit-fils.»

        Le bac fut remplacé en 1832 par un pont suspendu. Le roi Louis Philippe en posa la première pierre le 28 juillet 1831, et, six mois après, le 24 Janvier 1832, le même souverain fit l’inauguration de ce pont. Les guides de l’époque en donnent la description suivante :

         «Deux piles, supportant chacune une arcade, soutiennent, par des chaînes amarrées solidement à leurs extrémités, les trois travées qui forment ce pont. Les voitures suspendues peuvent y passer. Il sert de communication entre 1a commune de Bercy située sur la rive droite de la Seine et la commune de la gare située sur la rive gauche. Le péage est le même qu’au pont d’Austerlitz – un sou par piéton, trois sous par cabriolet, y compris les personnes dedans et derrière, cinq sous par voiture à quatre roues, attelée de deux chevaux, y compris les personnes qu’elles transportent et un sou de plus par chaque cheval dont elles sont attelées. (le nouveau conducteur de l’étranger à Paris, 1840).

         Ce pont, qui avait été construit aux frais d’une compagnie ne fut pas au nombre de ceux rachetés par la Ville à la suite de la révolution de 1848. La concession alla ainsi jusqu’à son expiration, c’est-à-dire jusqu’au 30 septembre 1861.

          Il fut remplacé, en 1863, par le pont actuel, qui est en pierre, à cinq arches de forme elliptique, comme celles du pont  au Change et du pont Louis Philippe. «La largeur des arches de rive est de 28 mètres, et celle des autres de 29 mètres. Leurs intrados sont élevés au-dessus du niveau de l’étiage de 9 m 25 pour l’arche centrale, 8 m. 75 pour les deux arches adjacentes et 8 m 2 pour celle de rive… »

           Dans sa notice sur les ponts de Paris, M. Féline Romany ingénieur en chef des ponts et chaussées, donne sur le pont en pierre de Bercy tous les détails techniques relatifs à sa construction.

          Les travaux furent exécutés par voie d’adjudication, par M. Garnuchot. La dépense s’est élevée à environ un million.

         Comme le viaduc du Point-du-jour, le pont de Bercy et à deux voies : une pour les piétons et les voitures ; l’autre pour le métropolitain, cette dernière sur arcades.

Retour

Be Sociable, Share!
  • Twitter
  • Facebook
  • email
Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *