Le Pont des Cignes

LE PONT DES CIGNES

          L’île Maquerelle était la réunion des deux îles dites des Vaches et des treilles ; elle commençait à peu près à la hauteur de la Manufacture des Tabacs, et finissait à deux kilomètres en aval du Champs de Mars.

         «On ne la reconnaîtrait pas aujourd’hui, à écrit Delvau dans LES Barri7es de Paris, dans cette langue de terre, dite allée des Cignes, qui commence au pont de Grenelle et ne peut même pas aller jusqu’au pont Iéna. »

          Dans un arrest du Conseil d’Etat du Roy, daté du 4 décembre 1720 ; arrest qui « cède et abandonne aux Prévost des Marchands et Echevins de la Ville de Paris, l’Isle des Cignes et leur permet d’acquérir 20 arpens de terre au quartier du Gros-Caillou pour former des rues et y placer des chantiers », on lit :

          «Le Roy……… cède et abandonne, même fait don et délaissement aux Prévost des Marchands et Echevins de la Ville de Paris, de l’isle des Cignes, qui appartient à Sa Majesté, pour estre à l’avenir destinée aux Déchireurs de Bateaux et à leur Commerce, qui se fait le long de la rivière, comme aussi pour servir de dépôt, vente et port public pour les bois à ouvrer et à brûler, que les Marchands forains font arriver du côté d’Aval, et où les Prévost des Marchands et Echevins leur marqueront des places ; en conséquence, ordonne que le plan du quartier de Gros Caillou et de l’isle des Cygnes, que les Prévost des Marchands et Echevins ont fait lever en vertu des ordres de Sa Majesté par le Maître Général des Bâtimens de la ville, qui demeurera annexé à la minute du présent Arrest, sera exécuté selon la forme et teneur ; ce faisant, qu’il sera formé deux rues de chacune huit toises de large ; l’une, en point de vue de la grande porte du pavillon des Boucheries de l’Hôtel Royal des Invalides, jusqu’à la rivière, par où s’écouleront les eaux, et où il sera formé un port, pour y faire arriver et tirer les bois flottez ; et l’autre rue à distance convenable, depuis la continuation de la rue Saint-Dominique jusqu’au petit bras de la Rivière sur lequel il sera fait un pont pour communiquer à l’isle des Cignes………… »

          Sur le plan de Roussel (1731), l’île des Cignes est relié à la terre ferme par un pont dit «Pont Rouge». Et sur le plan de Bretez (1739), l’île des Cygnes est réunie à la rue du même nom par un pont qui, pour la première fois, porte le nom de pont des Cygnes. Enfin, sur le plan de Verniquet (1791), le canal qui séparait l’île des Cignes de la rive gauche de la Seine n’est plus indiqué qu’avec la mention «  isle des Cignes et ancien pont de la Triperie.» (Il convient de rappeler à cette occasion qu’en 1763, en vertu de lettres patentes du 7 janvier, le nettoyement, la cuisson et la préparation des abattis et tripes de bœufs, vaches et moutons qui se faisaient entre le pont Notre-Dame et le pont au Change, et dans le quartier de l’ancienne place aux veaux, avaient été transférés à l’île des Cignes.)

         «C’est dans les broussailles aquatiques de cette ile qu’au lendemain de la Saint-Barthélemy, des centaines de cadavres protestants s’accrochèrent, rejetés par les flots indignés, comme une muette mais éloquente protestation conte les massacreurs catholique…………………………. »

         «Et c’est dans les même broussailles, ajoute Delvau(les Barrières de Paris), qu’au lendemain de Thermidor, Jean-Baptiste Coffinhal vint se cacher pour échapper à l’échafaud, où, en sa qualité de Vice-Président du Tribunal Révolutionnaire, il avait envoyé lui-même tant de victimes.

         «Pendant quelques jours, ce naufragé politique fit ce qu’il put pour ne pas mourir de faim en mangeant de l’herbe ; puis, ce régime trop exclusivement végétal l’affaiblissant au lieu de le nourrir, il songea à aller demander le pain et le sel à qui il avait rendu jadis d’important services… L’ami auquel Coffinhal  s’adressa n’eut rien de plus pressé que de le livrer à la gendarmerie. Il alla rejoindre Robespierre, Saint Just et les autres.»

Retour

Be Sociable, Share!
  • Twitter
  • Facebook
  • email
Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *