Le pont Saint Charles

LE PONT SAINT CHARLES

 

           L’ancien hôtel Dieu était composé de construction irrégulières, ajoutées les uns aux autres depuis la fondation de cet établissement, fondation qui remonte, dit-on, au VIIe siècle. Il devint nécessaire, à un moment donné, de relier entre elles les salles qui se trouvaient séparées par le petit bras de la Seine et deux ponts furent construits dans ce but.

           L’un existe encore, c’est le pont au Double. L’autre, qui a disparu, était le pont Saint Charles, commencée par Gamart en 1646, continuée en 1714 et complètement achevée en 1720. Il ne facilitait pas seulement les communications entre la salle Saint Charles et la salle Saint Thomas, il servait aussi de promenoir aux malades qui, avant la construction du pont Saint Charles, ne disposaient que de l’étroite terrasse qui longeait la salle Saint Louis, au bord de la Seine.

          Ces deux ponts, dont l’utilité était sans doute très appréciable, avaient de grands inconvénients, entre autres celui « de nuire à la salubrité de l’air dont ils interceptaient le courant ». Tel fut l’avis exprimé, en 1791, par la Roche-Foucault-Liancourt, dans le septième rapport des membres du comité de mendicité.

          Dans notre notice sur le pont Saint Michel, nous avons reproduit, en partie, le texte d’un décret du 25 mars 1811, visant la réalisation de la pensée émise en 1767 et 1769, de l’ouverture d’un quai sur la rive gauche entre le Petit Pont et le pont Saint Michel. Il convient d’ajouter que ce même décret contenait une disposition particulière au pont Saint Charles, sans doute afin de donner une légère satisfaction aux critiques justifiées dont ce pont était l’objet.

          Après avoir prescrit la démolition des maisons qui se trouvaient à la suite de l’hospice de l’humanité (Hôtel Dieu) « tant pour augmenter le port aux Tuiles, qui est insuffisant, que pour former le débouché du dit quai, dont la construction fait partie des travaux ordonnés par l’édit de 1786 »; le décret du 25 mars 1811 ajoute: « Il sera formé une ouverture de 62 mètres de large vis-à-vis la culée du pont Saint Charles, qui pourra être rendu public après la translation de l’hospice dans un autre local ». (Inondations de la Seine)

          Ce projet ne fut pas réalisé. Le pont Saint Charles ne disparut qu’en 1836, époque à laquelle il fut remplacé par une passerelle en bois. Paris à travers les âges a donné, à l’article Notre Dame, une vue de cette passerelle, derrière laquelle on aperçoit la culée du pont Saint Charles.

 Retour

 

Be Sociable, Share!
  • Twitter
  • Facebook
  • email
Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *